Accueil / Ecouter / Ti Fock, ma première fois…

Ti Fock, ma première fois…

Ti Fock (photo © Hippolyte)

Ti Fock (photo © Hippolyte)

La première fois que j’ai vu Ti Fock, c’était une nuit d’août 2009, chez lui, à Saint-Paul. Nous devions filmer sa rencontre avec Winston McAnuff. Le chanteur jamaïquain était resté quelques jours sur l’île, après son concert au Sakifo, et un duo était en préparation.

Winston McAnuff et Ti Fock (photo © Hippolyte)

Winston McAnuff et Ti Fock (photo © Hippolyte)

Ti Fock commençait tout juste l’enregistrement de son nouvel album, pas encore titré Gayar Natir, en compagnie du producteur Otisto23.

Electronic vibes : Ti Fock, après avoir électrisé le maloya dans les années 80, avait cette fois décidé de confronter le rythme ternaire à une production plus synthétique, digitalisant ses influences pour façonner un avatar réunionnais de la fusion ethno / techno.

Dans la voiture, on raconte à Winston le parcours de Ti Fock, son rôle d’éternel avant-gardiste. Les deux se sont captés la veille, mais la rencontre en studio est tout autre. Ti Fock enregistre dans un local revisité home studio, au fond de sa cour. Winston se fait expliquer les paroles, écrit quelques lignes, improvise. Quelques prises, et le duo est en boîte. La paire est heureuse. Nous nous retrouvons tous autour d’un chop suey, à la table familiale. Hippolyte a immortalisé la rencontre, ce sont les magnifiques photographies qui illustrent ce texte.

Otisto23 (photo © Hippolyte)

Otisto23 (photo © Hippolyte)

Ti Fock continuera dans les mois qui suivent l’enregistrement de ce nouvel album, toujours en compagnie d’Otisto23 à la production. Otisto, ça fait des années que l’on se croise, depuis une fête dans la maison en banlieue parisienne que j’occupais, justement rebaptisée Afterville… Lui revenait d’une session jazz, avec des musiciens qui formaient en parallèle un groupe mêlant drum&bass et jazz, Cosmik Connection : la fusion des éléments, ce vieux dalon, il la connaît. Aujourd’hui, Otisto bosse régulièrement avec Laurent de Wilde autour du projet PC Pieces.

Gérard et Ti Fock (photo © Hippolyte)

Gérard et Ti Fock (photo © Hippolyte)

La rencontre avec Ti Fock n’en paraissait que plus naturelle. Au fil des mois, l’album s’est construit, le son s’est affiné. Nous avons réalisé un clip, pour un autre titre nommé Lo Sor. Et un documentaire de 26 minutes, sur le retour du sorcier sonore, en cours de finalisation… Un film permettant de comprendre l’idée de fusion du maloya perpétuellement développée par Ti Fock, sa quête jamais stoppée de nouvelles sonorités.

Innover, toujours. Métissage, recherche et envoûtante performance live : telles sont les volontés toujours affichées par Ti Fock et Otisto23.

C’est pour ces raisons qu’ils sont programmés aux Electropicales. Ce sera le samedi 21 mai, à 21h30. Venez, vos sens seront comblés.

Sébastien Broquet


Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*