Accueil / La sélection du DJ / La sélection du DJ : Sebastopol

La sélection du DJ : Sebastopol

sebastopol

Sebastopol

Sebastopol… Plus d’un an déjà que les nuits réunionnaises sont orphelines de ce DJ exigeant, nourri de techno et de rave à l’ancienne, subjugué par la scène minimale ; un artiste intègre aux mixes sans concession. Reparti du côté des Alpes, de Grenoble, d’Annecy, là où il a fait ses premières armes à l’aube des nineties aux côtés de Miss Kittin, Agoria et Stephanovitch. Entre Annecy et Ibiza, où il migre l’été venu, Sebastopol poursuit sa quête de fêtes et a lancé un net label dans l’esprit : Stereo Center. A suivre de très près…

Avant d’aller jouer, chez toi, tu écoutes quoi ?

Adam Kesher, Local Girls (Indé). N’importe quoi sauf de l’électro, un truc plutôt pop : Adam Kesher c’est français, dans l’air du temps, ce morceau est d’anthologie et pourrait figurer dans les annales du rock.

Le disque parfait pour le warm-up ?

Dyed Soundorom, I Care EP (Freak’n’Chic). C’est sur le label de Dan Ghenacia, sans doute le label house français le plus hot du moment… Un succès incontestable dans le monde entier, des artistes incroyables, la classe : à découvrir d’urgence.

Le morceau idéal pour lancer la soirée ?

Ambivalent, Ru ok – Kasper is ok remix (Minus). Si c’est plutôt une soirée techno, un truc avec une voix bien en avant, qui électrise les gens, et met une pression incroyable en attendant le morceau suivant : écoutez ce track d’Ambivalent, vous allez vite comprendre…

La récompense pour un dancefloor en fusion ?

Shin Nishimura, Frustration (SCi+Tek Digital). Un truc de dingue, complètement barré et qui fait péter les plombs, pas forcément qui fait hurler, mais qui marque l’esprit.

Le titre que tu ne peux pas t’empêcher de passer à chaque fois ?

David K, Boule de Nerf (Freak’n’Chic). Parce que je sais que quand cette mélodie intemporelle et indéfinissable qui monte et descend va arriver, le public va un peu chavirer mentalement. Ce disque a vraiment quelque chose de magique, il faut essayer de bien l’amener, quand les gens sont un peu fatigués, plutôt sur le matin… Incroyable le nombre de fois où on est venu me demander ce que c’était.

Celui que tu as horreur que l’on vienne te demander ?

« Tu as le dernier Guetta ? » Ce n’est pas toujours le signe que la soirée est super… Un signal d’alarme plutôt !

Le morceau pour conclure la nuit ?

Joris Mulen, Logic Heroes (Stereocenter Rec) : un morceau pour lever les bras tous ensemble en souriant, et s’embrassant… Notre Joris était particulièrement inspiré pour ce morceau magnifique, qui me rend mélancolique et me touche, un peu comme un vieux tube que l’on a tous connus…  On vous l’envoie si vous voulez. Demande par email : sebastopol at stereocenter.tv

Un dernier pour l’after, le soleil levé ?

Petar Dundov, Oasis (Music Man). Sans hésitation, pour ce voyage halluciné et psychédélique, qui nous porte bien loin de notre bonne vieille galaxie. C’est le tout dernier titre joué par Sven Väth à la clôture de l’Amnesia, à Ibiza en 2008, le jour était levé, il y avait 8000 personnes, des gens en transe, d’autres qui pleuraient, un morceau vraiment unique, que l’on voudrait ne jamais voir s’arrêter !

En bonus, Sebastopol en mixe sur la plage des Brisants, à la Réunion, le 14 juillet 2006.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*