Accueil / Ecouter / René Lacaille, le tonton flingueur

René Lacaille, le tonton flingueur

René Lacaille

L’homme à l’accordéon (© Serge Glanzberg)

René Lacaille, qui vit désormais à Grenoble, est sans conteste l’un des hommes les plus importants de La Réunion. Auteur de quelques albums sublimes, l’accordéoniste nous parle de lui à travers les autres : interview en noms propres.

(un article paru dans Kwélafé en juillet 2007)

Rachid Taha (ils doivent partager la scène après cette interview)

rachid-taha_large

Rachid Taha

On s’est croisé au festival Womad en Angleterre. On ne s’est pas vraiment rencontré, on ne se connaît pas. On a déjeuné ensemble, un ou deux matins, les yeux envoilés. Ce gars, je l’aime bien. J’ai lu des interviews de lui, il est intéressant. Il va là où je veux aller. C’est un gars honnête, sincère. Et sur scène, il se lâche. Si la rencontre peut se faire, lors de ce concert commun, c’est bien, ce serait sympa : et les festivals, c’est fait pour ça.


Jérôme Galabert (boss of Sakifo)

Jérôme Galabert

Lui, il fait des choses bien. Il a du goût, musicalement. Il connaît parfaitement ce domaine. Il fait un très bon boulot avec Sakifo, il a ce mérite. Et quand il sort de la Réunion, il va voir beaucoup de groupes en sachant ce qu’il veut. Je le croise souvent en dehors de l’île, il est curieux. Il a déclenché pas mal de choses pour moi.

 

Alain Péters

Alain Péters

Alain Péters

L’hommage à Alain Péters, c’est pour moi le plus grand moment du festival. Je vais apprécier ces retrouvailles avec Danyel Waro, Loy Ehrlich et tous les autres. Ca va être bien, de retrouver tous les dalons d’antan, depuis le temps. C’est le number one pour moi. Et ce concert hommage, c’est ce qui m’excite le plus sur ce Sakifo !!

 

Fantazio

Fantazio

Fantazio (contrebassiste un peu ouf)

Alors là, ça me fait plaisir que tu me parles de lui. C’est un homme formidable, on s’appelle régulièrement. Je suis le tonton de Fantazio et de tous ces jeunes ! Lui, il vient manger le carri à la maison, c’est le pote de mes enfants. Une rencontre importante. Il est très très sensible, à fleur de peau. J’ai amené son album pour Jérôme Galabert, j’aimerais qu’il vienne au Sakifo. Il est fabuleux et original.
Je travaille à Grenoble avec les Barbarins Fourchus, qui organisent un festival de la chanson moderne, avec beaucoup de dérision. Ils ont programmé Fantazio, on s’est croisé. Il m’a invité à jouer avec lui à Paris, on a cassé la baraque. On a recommencé, avec le rappeur Dgiz. C’est un des grands moment de ma vie, Fantazio.

 

Denis Péan

Denis Péan

Denis Péan (Lo’Jo)

Pareil. Un personnage. Quand je rentre en métropole après ce Sakifo, c’est chez lui. On va passer une semaine dans sa maison à Angers pour manger, boire et discuter. Ma fille Loriane travaille avec la nièce de Denis, Coline, elles ont un duo nommé Titi Zaro. Denis, il compte pour moi. La première fois, on a discuté deux heures intenses ensemble. On ne s’est pas revu pendant des années. Quand on s’est retrouvés, c’était chaud tout de suite. Comme avec Fantazio, on s’appelle tout le temps. Sur le dernier Lo’Jo, ils reprennent une chanson que l’on a composé avec Danyel.

 

Danyel Waro et René Lacaille

Danyel Waro et René Lacaille

Danyel Waro

On fait un peu la même chose. J’aime beaucoup le personnage, sa musique, sa sensibilité. C’est le chanteur réunionnais dont je suis le plus proche. Quoique Granmoun Lélé m’a invité aussi et j’ai adoré. Mais Danyel adore l’accordéon, il a une histoire avec cet instrument, donc on a ce lien entre nous. En privé, on reprend plein de vieux ségas ensemble…

 

Bernard Lubat

Bernard Lubat

Bernard Lubat

On s’est rencontrés. J’aime beaucoup aussi. Un de mes musiciens préférés. Avec son groupe, Lubat a aussi un côté sombre, il est fou, il est puissant : j’aime car il ne se répète jamais. Son festival, il a du mal à le mener, avec son caractère de gascon, il est chaud. Il y a deux ans, j’ai joué là-bas avec Higelin. C’est l’un des plus grands musiciens français, Lubat.

Propos recueillis par Sébastien Broquet

René Lacaille se produisait en août 2007 au festival Sakifo, pour un concert avec Rachid Taha, mais aussi pour un mythique risofé en hommage à Alain Péters, sur scène au petit matin en compagnie de Loy Ehrlich, Danyel Waro ou encore Vincent Segal.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*