Accueil / Ecouter / Notorious B.I.G. et Tupac Shakur, meurtres en suspens

Notorious B.I.G. et Tupac Shakur, meurtres en suspens

Notorious Big

Notorious Big

Tupac Shakur et Notorious Big : deux stars du gangsta rap, assassinées respectivement en septembre 1996 et mars 1997 ; un film, Notorious, produit par la propre mère de l’artiste, vient de sortir dans les salles. Mais on vous propose plutôt de vous plonger dans un livre fascinant, L.A. Byrinthe – Enquête sur les meurtres de Tupac Shakur et Notorious B.I.G. et sur la police de Los Angeles, du journaliste américain Randall Sullivan… Un retour sur ce phénomène de société ayant essaimé à travers le monde via MTV, mais aussi une plongée dans les méandres tortueux de Los Angeles.

(Cet article a été publié dans Le Quotidien de La Réunion le dimanche 12 juillet 2009)

Tupac

Tupac

Las Vegas, 7 septembre 1996. Mike Tyson va bientôt monter sur le ring et affronter Bruce Seldon. Le champion est ami avec Suge Knight, patron de Death Row Records, qui assiste régulièrement à ses combats. Ce dernier a même ouvert un club à Vegas, le 662, et acheté une propriété luxueuse.
Death Row, c’est le berceau du gangsta rap, ce hip hop contant la vie des rues, glorifiant les dealers, flirtant avec le libéralisme extrême : argent et filles faciles. C’est le boom de la culture bling-bling, avec bijoux hors de prix et médaillons en or…

Le logo du label Death Row

Le logo du label Death Row

Justement, ce soir-là, Tupac Shakur n’a pas son médaillon Death Row autour du cou. C’est pourtant un symbole fort, offert par Suge. A la place, figure le logo d’Euphanasia orné de diamants, sa propre société. Pour le crew Death Row, il y a là offense – mais Tupac a des envies d’ailleurs, aimerait quitter le label et son imposant fondateur. Un Suge Knight envahissant, qui a tendance à oublier de payer les royalties de ses artistes, préférant leur acheter des maisons, leur offrir des voitures, des bijoux, payer leurs factures, héberger les familles. En résumé… les rendre totalement dépendants de lui, en leur donnant le moins d’argent possible. Classique. Mais tout doit se faire en douceur, car Suge est possessif et peut se montrer très dangereux.

Tupac est à une table de black-jack du Luxor pendant que son garde du corps apprend qu’aucune autorisation de port d’arme n’a été délivrée pour ce séjour à son attention. Alexander, ancien policier, sent venir un coup fourré.
Le combat va commencer, dans la voisine MGM Grand. Suge, fidèle à ses habitudes, a gardé les tickets et Tupac doit l’attendre avant d’assister au massacre : 109 secondes de combat et Tyson quitte le ring, victorieux.

Quatre balles dans le corps

En sortant, Tupac croise un Crips, le gang rival de Los Angeles. Death Row et Suge sont estampillés Bloods. S’ensuit un violent accrochage. Tupac part ensuite vers la fête au 662. Suge lui demande de monter en voiture avec lui. Une Cadillac arrive à leur niveau. Un jeune Noir tire une dizaine de fois sur Tupac, quatre balles le touchent. S’ensuit une panique totale. Le rappeur est conduit à l’hôpital, dans un état grave. Son décès est prononcé le vendredi 13 en fin d’après-midi.

notorious-big-born-againLe gangsta rap, alors au sommet des charts, entre dans une nouvelle ère : la guerre entre artistes des côtes Est et Ouest, montée en épingle par Suge Knight, vient de faire un mort. Le patron de Death Row n’avait cessé de provoquer Sean Puffy Combs, patron du label rival Bad Boy, et ses principaux artistes dont Notorious B.I.G. Ce dernier, ex dealer au physique imposant (1,92 mètres pour 176 kg…) était aussi au top des charts à cette époque.

Suge Knight

Suge Knight

Pour les observateurs, il est alors évident que le meurtre est une vengeance de Puffy et Notorious B.I.G.. Plus encore quand ce dernier est assassiné à son tour, le 9 mars 1997, à la sortie des Soul Train Awards, où il venait de remettre un prix à la chanteuse Toni Braxton. Suge Knight alors en prison pour divers méfaits, le crew Bad Boy pensait être tranquille et pouvoir aller à Los Angeles…

Police & Gangsta rap

Vengeance des Bloods ? Là encore, l’enquête piétine. Comme pour Tupac. Aujourd’hui, encore, ces deux meurtres restent non élucidés. Pourtant, l’implication de Suge Knight dans les deux cas semble évidente. Et l’enquête menée par l’inspecteur Russell Poole, du Los Angeles Police Department, ramène sans cesse à Death Row, mais aussi… au LAPD lui-même.

Le livre de Randall Sullivan, indispensable

Le livre de Randall Sullivan, indispensable

Ce policier commença par enquêter sur un meurtre commis le 18 mars 1997, quand Kevin Gaines est tué par Frank Lyga à North Hollywood. Le premier est policier au LAPD. Le second… est policier au LAPD. Gaines, l’enquête va le démontrer, était fortement lié à Death Row – vivant même avec Sharita, l’ex femme de Suge Knight et manageuse de Snoop Doggy Dog… Et Poole, enquêteur talentueux, va pourtant se voir sans cesse mettre des bâtons dans les roues par sa hiérarchie qui ne veut voir apparaître le scandale : de nombreux policiers Noirs du LAPD sont liés aux gangs et à Death Row, et se comportent comme tels. Corruption, violences, trafics avec de la cocaïne volée dans les scellés… Les méfaits sont multiples, l’affaire étouffée, et les meurtres de Tupac et Notorious B.I.G. dans lesquels des policiers pourraient être impliqués restent impunis.

Un livre, fabuleux, raconte cette histoire : L.A. Byrinthe – Enquête sur les meurtres de Tupac Shakur et Notorious B.I.G. et sur la police de Los Angeles. Il est signé par Randall Sullivan, journaliste à Rolling Stone, et vient d’être traduit en français. Foncez l’acheter.

Sébastien Broquet


Le trailer de Notorious, le film

Le combat Tyson vs Seldon en 1996

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*