Accueil / A La Une / Brickbusters : Plongée dans le monde des films en Lego

Brickbusters : Plongée dans le monde des films en Lego

La famille Simpsons au grand complet se convertit au Lego

Révélation : Homer Simpson est un AFOL !

Ce dimanche 4 mai, le 550ème épisode des Simpsons diffusé aux USA sur la Fox ne sera pas comme les autres : à son tour, le dessin animé culte cède au rite du brick film, très officiellement pour le coup, succès du long-métrage La Grande Aventure Lego oblige. Retour sur la genèse d’un genre, le brick film, qui a germé au tout début des années 2000 au sein de la communauté AFOL – Adult Fan Of Lego. Et interview d’Alban Nanty, réalisateur de l’un des nombreux Lego Star Wars.

(Un texte paru dans Novamag en mars 2004)

Depuis 2000, le cinéma d’animation s’est enrichi d’une branche spécifique : les brick films. Du cinéma avec des pièces de Lego, reprenant souvent à son compte les scènes cultes du grand écran.

Les brick films sont devenus un genre à part entière, avec sites et forums, faits d’armes, créations originales et making of. « Les briques Lego font partie de notre culture, avec cette petite tête de smiley reconnaissable par tous » lit-on sur un site consacré à ces briques de couleurs qui font le bonheur des gosses occidentaux. Nombre des films sont des remakes de scènes célèbres, avec une bande son à l’identique de l’original, et réalisés en plusieurs mois avec une caméra image par image, parfois enrichis d’effets digitaux. Pour certains perle la nostalgie, d’autres utilisent un matériau vecteur d’émotions, et les derniers prennent un malin plaisir à pervertir l’univers enfantin, à travers des versions horror, voire porno Lego.

Au palmarès des œuvres reconstruites de briques, citons 2001, A Lego odyssey de Marc Atkin, revisitant l’univers de Kubrick. Pas de narration, juste un jeu d’images référentielles. Plus innovant, le délirant You only Lego twice, signé Tom Kuljurgis. Cet américain venu de Détroit, ex étudiant en architecture et cinéma, a mêlé ses deux passions en un premier Lego film, Legos are not enough, avant de se lancer dans les seize minutes de cette magistrale parodie de James Bond. Du générique aux effets digitaux de Robert Peters, tout ici est réussite, et élève le brick film au rang d’art !

Autre victimes, consentantes : les Monty Python qui ont carrément commandé leur brick parodie, la co-produisant avec Lego Studios. Réalisé par Tim Draye et Tony Mines de la société Spite your face, le résultat est visible sur le DVD de Sacré Graal (Studio Canal / Universal). Avant de co-produire les bouffons anglais, la firme de Billund au Danemark avait lancé courant 2000 un studio de cinéma en collaboration avec Spielberg : plus de 600 pièces, dont le dinosaure de Jurassic Park, une caméra et un logiciel permettant de réaliser des MPEG. 

Pas un blockbuster n’échappe à sa version brick, de Matrix revisité par Colin Jones à Dobermann, en passant par Les Dents de la mer. Et Lego chainsaw massacre d’Andy Thornbery, l’un des plus réussis. Star Wars n’échappe pas à la règle, plusieurs versions existent, réalisées d’autant plus facilement que Lego a sorti une collection de boîtes reprenant les personnages du film, soldées par un échec question ventes… Comme Harry Potter et Spiderman. Mais les mêmes agités de Spite your Face, gâtés, se sont vus commander officiellement des versions Lego. Ce sont les seuls à travailler en corrélation avec la firme danoise.

La mode brick film s’est introduite dans le rock & roll par le clippeur des stars Michel Gondry, qui a Legoïsé la vidéo de Fell in love with a girl des White Stripes.

D’autres rejouent des matchs de football légendaires, avec commentaires d’époque, comme la finale de la coupe du monde 1954 entre la Hongrie et l’Allemagne : dix minutes de génie, avec les buts au ralenti, réalisées par trois étudiants en cinéma – ça s’appelle Die helden von Bern.

La source est loin d’être tarie et devrait donner moult créations originales. 203 milliards d’éléments Lego ont été fabriqués : ça laisse de la marge. Le culte des petites briques colorées nées en 1932 n’a pas fini de s’étendre.

Alban Nanty, 30 ans, est un AFOL (Adult Fan Of Lego) un peu plus ouf que la moyenne : il s’est lancé dans  la reconstitution intégrale du premier Star Wars en version Lego…

Ta passion pour Lego ?

lego-star-warsJ’ai eu ma première boite à 4 ans. Comme beaucoup d’AFOL j’ai eu un « dark age » : une période pendant laquelle j’ai remisé mes Legos au placard. Elle a duré une dizaine d’années, pendant mes études. Ma sortie du « dark age » est survenue suite à la commercialisation de la boite Lego Mindstorm. En tant qu’informaticien, je me suis intéressé à cette boîte permettant de faire de la robotique facilement. Puis j’ai acheté les boites Lego Star Wars pour les collectionner.

Et chez toi ?

Les Legos ont tendance à s’éparpiller un peu partout. Ma compagne lutte contre l’envahissement et doit m’interdire certains emplacements. Je n’ai pas compté combien me coûtait cette passion, certains de mes amis AFOL disent qu’ils dépensent environs 1000 euros par an. Je pense que je n’en suis pas loin non plus. Les AFOL sont généralement exigeants sur la qualité des Legos, ils n’achètent jamais (ou alors ils ne le disent pas de peur d’être hué) des briques de marques concurrentes (MegaBlock, que l’on appelle MegaBeurk).

Quels sont les aléas ?

C’est vraiment très difficile d’avoir un éclairage correct. Les Legos sont des pièces en plastique qui ont tendance à réfléchir beaucoup la lumière (et on ne cherche pas à gommer complètement cet effet, c’est aussi ce qui fait le charme du film).

Quels moyens techniques ?

De l’imagination, des Legos, un ordinateur pourvu d’un logiciel de montage vidéo, une webcam ou un appareil photo numérique.

Depuis combien de temps es-tu dessus ? 

Trois ans. J’en ai fait 36,29% exactement, il m’en reste encore deux tiers à faire, ce qui devrait mettre 4 ans si je garde le même rythme…

Propos recueillis en 2004 par Sébastien Broquet

Toujours plus de Lego ?

Le site officiel Lego

Le site des amateurs de Lego français

Le site du projet Lego Star Wars

Le site des brick films

Spite Your Face : les films produits officiellement pour Lego (Star Wars, Spiderman). A leur actif également, le Monty Python.

Die helden von Bern, la finale de la coupe du monde 1954 : une merveille.

Un site anglais de sciences sociales où l’on découvre un nouveau personnage Lego, Michel Foucault.

L’encyclopédie du Lego

Les Brickfest sont des festivals Lego avec diverses animations et événements, se tenant aux USA.

Merci d’être arrivés jusqu’ici, en récompense, voici un porno Lego.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*