Accueil / La sélection du DJ / La sélection du (non) DJ : Argenis Brito

La sélection du (non) DJ : Argenis Brito

Argenis Brito, from Venezuela with love (photo © DR)

Argenis Brito est l’un des artistes les plus intéressants du moment sur la scène électronique, le musicien atteignant une maturité certaine au fil d’incessantes tournées et de sorties sur des labels aussi réputés que Crosstown Rebel ou encore Cadenza. Une véritable pointure de l’underground, qui ne se produit qu’en live set. Désormais installé à Berlin (of course) Argenis Brito sera de passage aux Pot’irons à La Réunion, ce samedi, pour fêter dignement l’anniversaire du club. En attendant deux EP : l’un sur Highgrade avec Andrea Lindemann appelé Dos Caballeros, en avril, et un autre avec Dandy Jack sur Hueso Rec. Playlist perso.

Sachez que je ne fais que des sets live, pas en DJ, et donc je ne joue que de la musique produite par mes soins, ou en collaboration avec des amis…

Avant d’aller jouer, à la maison, tu écoutes quoi ?

Normalement, je prépare mon set live avant d’aller jouer, je vérifie les nouvelles pistes que j’ai ajouté, je répète un peu l’ensemble. Après ça, j’écoute de la non-dance music pour reposer mes oreilles et me préparer à la fête.

Pour un bon warm-up, tu commences par quoi ?

Je fais rarement de warm-up. Mais parfois, je joue toute la nuit, alors je commence très doux et lent, pour laisser les gens arriver dans le club et créer la bonne atmosphère. Je pense que le warm-up est aussi important que le peaktime, je vois l’événement dans son ensemble. Si le warm-up est raté, toute la nuit peut être foutue. Un morceau que j’utilise toujours est une collaboration que j’ai fait avec TiefschwarzNo Message.

Le bon titre pour lancer la soirée ?

Souvent, mon premier morceau de la soirée est l’un des premiers que j’ai sorti : Naked Gravity, sur Union Rec.

Peaktime : la récompense pour un dancefloor en feu ?

J’ai une paire de bombes que je passe toujours en peaktime : l’une est Stardust avec Namito et l’autre est Street Power, issue de mon projet avec Jay Haze, nommé Krak Street Boyz.

Quel est le morceau que tu ne peux pas t’empêcher de jouer depuis tes débuts ?

Il y a un titre que j’ai joué pendant très longtemps et que je peux placer dans chacun de mes sets, c’est un autre track de Krak Street Boyz nommé Higher Than You.

Le dernier morceau pour clôturer la nuit et envoyer tout le monde au lit ?

Ca dépend de comment s’est passée la nuit, j’aime jouer des sets variés à chaque fois, je crois que chaque situation est différente et nécessite des décisions différentes. Un morceau que je joue souvent en dernier est l’un de ceux composés avec mon ami David K. appelé BAOM. Il met les gens dans le bon mood, soit pour rentrer chez eux, soit pour aller en after.

Une dernière pour l’after justement, dans un appartement, avec des amis au lever du soleil ?

En after, j’aime jouer deep et groovy. Les morceaux que je joue alors sont par exemple ceux issus de ce EP que j’ai fait pour Introduction Records, appelés Hia Hiu, Miles et Too Much Party, des sons parfaits pour le lever du soleil et le début de l’after party. ..

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*