Accueil / La sélection du DJ / La sélection du DJ : Lül

La sélection du DJ : Lül

dj lul
Mon disquaire préféré, quand il ne tient pas sa boutique Métronomie Records, se mute en DJ au groove affiné, mêlant dub, afrobeat et effluves rock pour parfumer sa sono mondiale. Voici la sélection de DJ Lül. Lisez-la, et filez vite le voir dans sa boutique bien achalandée, où l’on peut écouter avant d’acheter mais aussi suivre ses conseils avisés, rencontrer d’autres passionnés, acheter ses places de concerts. Un lieu incontournable de la vie musicale locale, changeant d’adresse début janvier : Métronomie s’installe rue Marius & Ary Leblond, à Saint-Pierre toujours, quelques dizaines de mètres en dessous de l’actuel shop.

Avant d’aller jouer, chez toi, tu écoutes quoi ?

Tout dépend de ce que je dois jouer… Très souvent, je me booste avec un bon vieux Rage Against the Machine, ça fait bien monter l’adrénaline. Les Stooges aussi. Bref, j’ai besoin de m’exciter un peu avec une vieillerie avant le contact avec le public (vu mon grand âge, ça peut se comprendre…)

Le disque parfait pour le warm-up ?

Un petit classique du genre DJ Shadow, What does your soul looks like (Mo Wax) me semble approprié…

Le morceau idéal pour lancer la soirée ?

Sans hésitation, High Tone (un des groupes phares de Jarring Effects) et leur Dreadfull Bass s’ impose… Et pour ceux qui ont de l’énergie à dépenser,  Bigga Bush, The NPG (Lion Head Recordings) devrait vous incendier la plante des pieds.

La récompense pour un dancefloor en fusion ?

Mambo Los Quantic de Quantic & his Combo Bàrbaro, sorti il y a quelques mois sur Tru Thought, ce bijou fait un malheur en métropole et un peu partout où les gens aiment danser…

Le titre que tu ne peux pas t’empêcher de passer à chaque fois ?

Mon doudou quoi ? Amon Tobin, Verbal (Ninja Tune)… Il va finir par être complètement usé… J’en ai un autre, c’est Liquid Liquid, Cavern (réédité par Mo Wax). En 1983, un trio basse / percus / chant a inventé ce groove qui n’ a pas vieilli d’une ride… Ca met tout le monde d’accord…

Celui que tu as horreur que l’on vienne te demander ?

Tous, je deviens misanthrope quand je mixe… Mais le must reste :  « Euh, t’as pas de la hardtek ??? » Je suis capable de mordre…

Le morceau pour conclure la nuit ?

Ez3kiel, How do you sleep ? (Encore une bombe de chez Jarring Effects). Un mélange de « zenitude » et d’énergie brute… De quoi oublier d’aller se coucher…

Un dernier pour l’after, le soleil levé ?

Et bien, pourquoi pas Mulatu Astatke : Yégellé Tezeta, par exemple (Buda Music) extrait de la BOF de Broken Flowers de Jim Jarmush. J’ai été obligé de le revoir une 2ème fois pour comprendre l’histoire tellement la musique m’a hypnotisé…

Propos recueillis par Sébastien Broquet

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*