Accueil / La sélection du DJ / La sélection du DJ : Black Ben

La sélection du DJ : Black Ben

Black Ben (photo © Karelle Dany)

Cet homme ne digge pas seulement les vinyles (photo © Karelle Dany)

Elevé au doux son de la black music des années 60 à 80, du jazz funk à la soul, en passant par les soundtracks, le reggae, le disco, les Antilles et l’Afrique, Black Ben ne pouvait se choisir meilleur pseudo pour passer derrière les platines. Adepte du vinyle, celui qui vit désormais à La Réunion mixe à l’instant et à l’instinct, piochant dans ses trois bacs où l’old school côtoie les nouvelles chapelles. Car sous influence de son compère Kwalud avec lequel il forme le duo Sauvage, Black Ben se tourne aussi vers les sons plus neufs et ghetto d’aujourd’hui : funk mundial et sexy crade. 

Avant d’aller mixer, à la maison, tu écoutes quoi ?

Je me nourris jour et nuit de soul et de sons romantiques. C’est sûrement ça que j’écouterais en chemin. C’est un peu comme donner des croquettes à son chien triste, mais c’est ma came pour me gonfler le cœur et tout donner sur scène. Young Fathers et King Midas Sound sont quelques obsessions du moment :

Le bon morceau pour un warm-up réussi ?

Peut-être un morceau de Billy Hoyle, Bocoché ou sa reprise de I Want You Back selon l’humeur.

Pour faire décoller la soirée, quel est le titre parfait ?

Si l’air est électrique, Tumblack :

Si l’air est électronique, ce remix de Uproot Andy :

Le dancefloor est en feu, quelle récompense au moment du peaktime ?

Pour faire suite au remix d’Uproot Andy listé juste avant, la version originale des Frikstailers. Un de mes morceaux préférés de la saison, puissant, montant, dévastateur !

Quel est le titre que tu ne peux pas t’empêcher de passer à chacun de tes sets ?

Toujours une production Jahtari et du reggae bass dans mon set.

Il y aura également souvent un moment Antillais, mais je ne retrouve pas les références en digital. Faut que je les numérise – que me dis-je depuis 1000 ans… Si je suis avec Kwalud pour Sauvage, il y aura également forcément un peu d’azonto. Comme ce morceau de Gasmilla que j’adore :

DJ request. Le titre que tu as horreur que l’on vienne te demander  ?

J’ai l’avantage de n’avoir que des vinyles. Je peux donc sans mentir expliquer que je n’ai pas le morceau.

Le dernier morceau posé sur la platine pour conclure la nuit et renvoyer tout le monde au lit ?

Sans hésiter, un slow africain ! J’en ai des centaines, c’est une immense passion !

Un dernier pour l’after, en appartement, avec les amis et le soleil levé ?

Grand fan des productions de LV, et tellement fasciné par ce morceau, que je danse tout seul dans mon salon au moins une fois par semaine.

Ou encore Ode to Ghana, un superbe projet de remix Highlife.

Prochaines dates :

What’s Up Dock #2 au Kabardock le 30 janvier avec Karl Hungus, DJ Suspect et Ollie Teeba

Aux Pot’irons le 14 février après le concert de Grind

Sauvage avec Kwalud au 211 les vendredis 20 février et 13 mars

Et une session africaine par Black Ben pour bien saisir :

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*