Accueil / Ecouter / Dernière danse pour Mixer Lwi

Dernière danse pour Mixer Lwi

En février 2007...

En février 2007…

Sale temps pour les DJ’s à La Réunion. Quelques semaines après Lül, aka Fred Moyano, notre principal pourvoyeur de galettes, c’est Mixer Lwi, alias Guillaume Petiot, qui s’est éclipsé définitivement, hier. Ancien résident du Bug, il était l’un des plus actifs  DJ’s dans le Sud de l’île ; et ce, depuis de longues années et avec un bon esprit jamais démenti : il m’avait accueilli lors de mes premiers jours sur cette île, et n’avait jamais relâché son soutien (la photo ci-dessus date de février 2007). Merci, l’ami. Voici un petit texte que j’avais rédigé pour lui fin 2007.

Mixer Lwi

Mixer Lwi

Parmi les DJ’s officiant sur l’île de La Réunion, Mixer Lwi est l’un des plus actifs. Ses mixes mêlant techno, minimal, electro et house font le bonheur de tous les dancefloors agités par ses soins. Aujourd’hui résident du seul club local 100% électronique, Le Bug à Saint-Pierre, il en assure aussi la co-programmation et la communication.

Un rôle bien maîtrisé : c’est en 1985 que le breton dirige son premier club. C’est La Soute, à Brest. Une boîte généraliste de 500 personnes. Il a alors 22 ans, et déjà une large culture musicale.

Dès 5 ans, Guillaume apprenait l’accordéon, avant de virer derrière les platines. Son premier contrat de DJ est signé durant la saison d’été 1982, dans un club breton. La même année, à Brest, il se lance dans la radio et anime l’émission Hit sur les ondes d’une FM tout juste libérée.

Quelques années plus tard, en 1990, Guillaume se retrouve directeur du Tunnel : un club rock, toujours à Brest, contenant 1000 personnes.

En 1993, changement d’air : direction l’île de la Réunion. Là, il continue dans la veine rock, devenant gérant d’un bar dans cet esprit, puis d’un club généraliste.

En 1999, choc : sur le tard, Guillaume découvre la techno, les sons électroniques, les raves. D’abord teufeur, l’envie lui revient de prendre d’assaut les platines MK2. Fasciné par la dextérité des dj’s observés, obnubilé par le mouvement de leurs mains, Guillaume se lance à son tour dans le mixe techno et hardtechno.

Et devient Mixer Lwi en 2001

L’année suivante, le voilà prêt à affronter les dancefloors : c’est d’abord au Bug première mouture qu’il fait ses gammes, et lors de raves réunionnaises. Vite, Mixer Lwi commence à s’exporter, fait le tour des fêtes de l’île, joue à Tananarive (Madagascar), à Dubaï. Il partage les platines avec quelques collègues reconnus, tels Ixy Indamix (Spiral Tribe), Darren Price, Jack de Marseille, Trish Van Eynde, Alex K, Franck De Villeneuve…

En 2005, le Bug change de propriétaire. Mixer Lwi en devient résident et prend une part active dans le fonctionnement. Ce qui amène l’intérêt de la presse : Trax Magazine l’interviewe en juin 2006. Début 2007, il lance chaque mercredi les soirées Happy Day, autour d’un concept mêlant lounge cosy et garage house.

Histoire d’élargir une palette sonore déjà bien vaste, et de communiquer encore et toujours ses envies permanentes de festoyer.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*