Accueil / A La Une / Charlie O., quel bordel !

Charlie O., quel bordel !

Charlie-O-2

Le schkrafou, c’est plus rigolo à faire qu’à écouter (photo © DR)

Plus dingue, plus varié, plus bandant. Toujours plus. C’est sa devise, à Charlie O., l’organiste multi-fonctions.

(Article paru dans Novamag en janvier 2002)

« C’est une provocation ? »

Charlie O. n’est pas sûr de bien comprendre pourquoi je lui demande s’il compte se présenter à l’Eurovision. Pourtant, certaines des chansons de cet organiste proto-diskö & trasho-variète, sorte de coït brutal entre Barbelivien et Jean-Louis Costes (qu’il vient de reprendre sur un tribute), pourraient y faire sensation… en version pervers pépère de la mélodie, façon France Gall suçant l’anis de Gainsbourg.

« Dans ces conditions, je veux bien. Une bonne chanson qui sent la pisse… Mais la France n’a aucune chance de gagner ! »

Proud-to-Be-There-256868952Charlie O. est jazzman reconnu – il rêve de former un trio avec Jacques Thollot et Lol Coxhill, est influencé par la musique Noire américaine, Bach – et adepte de disco pédé. En a composé un hymne obscur, Proud to be There, sorti en 45t sur Rectangle. Lequel hymne, qui bouscule allégremment les hétéros, se retrouve sur la bande son d’un film culte du porno (hétéro), le fameux Exhibitions 1999 de John B.Root.

« Tous les cinéastes, les écrivains, ont fait des œuvres cachées. Regarde Apollinaire et ses 11000 verges ! Ca ne change rien de faire de la musique de films porno. L’important, ce sont les rencontres. » Charlie O. joue de l’orgue Hammond. Un instrument au charme certain, mais encombrant. Il s’est donc retrouvé à squatter le local/studio de Luigee Trademarq, lequel compose depuis huit ans les bandes originales de B.Root, qui partage aussi les lieux… Et voilà le Charlie qui vient faire quelques parties de piano gratos, histoire de payer le loyer, et s’investit dans les compositions. Des titres easy listening ou noise, electro ou kitsch, où s’éclatent sans limite les deux compères : délires que l’on retrouve sur le génial triple CD Bande Original, sorti sur Rectangle – label de Quentin Rollet et Noël Akchoté, les figures libres de l’improvisation européenne que côtoie régulièrement Charlie O.

Un king de l’underground, en somme ? C’est plus complexe… Car l’homme aime aussi la house. Et s’est plongé dans l’effervescence french touch : Les Diamantaires, avec son compère DJ Stofchry, est un duo qui a un nom sur la scène parisienne. Cinq galettes, sur leur label Le Chic Records, qui squattent les platines après avoir été masterisées à Translab, où officient Etienne De Crécy et Alex Gopher. Connection : Les Diamantaires remixent De Crécy, les Négresses Vertes… Buzz en action.

Entre temps, Charlie O. trouve le temps de rejoindre régulièrement depuis six ans La Poésie B, un mouvement auto-qualifié de « plus important de la fin du siècle », où s’agitent Pradinas, Akchoté, Doctor L, Disco Minck, Luigee Trademarq, Thierry Jousse, Dom Farkas… Un collectif basé sur des textes que personne n’ose chanter. Et des gens qui se retrouvent sur presque tous les projets de O. : une BO pour le film de Riton Liebman (membre aussi des B), dans lequel on retrouve Edouard Baer. Le très esthétique Au Bordel, mené avec Noël Akchoté, reprenant des chansons des années 30 de la chanteuse lesbienne Suzy Solidor, enregistré en trois jours aux Instants Chavirés. Ou un titre improvisé avec le duo Rollet/Akchoté, qui va se retrouver sur une anthologie de la musique bruitiste (« Le schkrafou, c’est plus rigolo à faire qu’à écouter » dit-il), éditée par le Musée d’Art Moderne de Paris !

Au fait, à défaut de se farcir l’Eurovision, Charlie O veut-il passer à la TV ?

« J’en ai plus, mais ça me dérange pas d’y aller. J’aime bien que l’on me reconnaisse. Et je suis trop gauchiste, trop dingue pour me perdre ! ». Si vous l’avez raté en CRS dans L’Appartement de Wizman, chez les cryptés, chopez la vidéo d’Exhibitions 1999 : O. vous servira d’alibi pour mateur, c’est lui qui joue de l’orgue en gros plan au début. Quarante secondes de célébrité, toujours ça de pris !

Sébastien Broquet

A écouter :

Luigee Trademarq, Bande original (Rectangle)

La Poésie B, Le monde B (Rectangle)

Au Bordel, Souvenirs de Paris (Winter & Winter)

Charlie O., Proud to be There (Rectangle)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*