Accueil / Société / A la découverte de notre temps : le Toucoutoun

A la découverte de notre temps : le Toucoutoun

Objet de culte du toucoutoun, tout autour du monde.

Objet de culte du toucoutoun, tout autour du monde

Le Toucoutoun est une espèce à poils longs (en général), ses cheveux étant laissés à l’abandon, souvent en imitation rastafarienne car le Toucoutoun aime les vibes de Kingston (même s’il n’est pas encore allé en Jamaïque, c’est loin et puis c’est violent il paraît) et particulièrement la philosophie rasta, celle-ci ayant l’avantage immense d’offrir une légitimité spirituelle au fumage de marijuana, ou zamal, ou teuch, rayez les termes inutiles selon la région dans laquelle votre Toucoutoun a élu domicile.

La plage de St-Leu à La Réunion

La plage de St-Leu à La Réunion

Le Toucoutoun s’adapte à tous les climats chauds. On le trouve aussi bien sur la plage de Saint-Leu à la Réunion, que sur les places de Montpellier, ville propice à l’épanouissement estival du Toucoutoun métropolitain. Celui-ci se déniche aussi dans les grandes villes : à Paris, il en existe une colonie que l’on peut trouver au Parc de la Villette, mais aussi en certains endroits des rives de la Seine.

Le Toucoutoun a parfois une occupation parallèle, peut être inscrit à la fac, et possède souvent des parents conciliants pouvant subvenir à ses besoins vitaux, comme l’achat d’un djembé neuf et même parfois le paiement d’un loyer avec Playstation inclue. Ce qui lui laisse le temps de se révolter trois minutes trente par jour contre la mondialisation, le capitalisme, la bière trop chère et autres tares de notre siècle, le temps d’écouter Get Up Stand up for your Rights sur le best of de Bob publié par la major Universal. Après, il écoute Legalize It de Peter Tosh et s’en roule un autre.

Toucoutoun artwork

Toucoutoun artwork

Le Toucoutoun se reconnaît à ses vêtements achetés au fil de pèlerinages en festivals. Car le Toucoutoun, l’été venu, aime se mouvoir dans un univers adéquat : il « court » ainsi de festivals en festivals, se contentant parfois (souvent) de squatter autour d’un feu sur le camping. On en trouve à Aurillac, où il fait plus ou moins bon ménage avec ses congénères les punks à chiens, aux Eurockéennes de Belfort, et surtout dans tous les festivals de campagne avec un nom bizarre, comme le festival du Chien à Plumes, les 3 Elephants et autres incongruités patronymiques. Le Toucoutoun trouve là un havre de paix, de communion avec ses semblables, et se montre ainsi au grand public – recrutant à l’occasion de jeunes jouvencelles souvent étudiantes en dessin, bercées par l’effet de l’herbe magique, fascinées par la liberté de ces maîtres du djembé, cet accessoire indispensable au Toucoutoun, tellement représentatif qu’il lui donna son nom :

car au crépuscule, pour retrouver sa tribu, le Toucoutoun se laisse guider par le bruit des paumes sur la peau tendue de cette percussion ancestrale : toucoutoun, toucoutoun, toucoutoun, toucoutoun…

Si le rythme est plus complexe, laissez tomber, vous n’avez pas affaire à un Toucoutoun, mais à un percussionniste. Passez votre chemin.

On ne sait exactement d’où vient cette fascination du Toucoutoun pour le djembé. Certains évoquent l’envie de transe, mais l’on n’a encore jamais recensé de cas de Toucoutoun possédé par un Loa. Cela est peut-être induit par le fait que le Toucoutoun est en état second de manière permanente. Musicologues, sociologues et archéologues restent donc perplexes devant cette fascination exercée par le djembé non maîtrisé sur le Toucoutoun. D’autres études sont en cours, perturbées par certains éléments. En janvier dernier, un Toucoutoun femelle fut ainsi surpris au clair de lune jouant du kazoo. Et un Toucoutoun mâle revenant de Dublin fut observé en train de s’essayer à la flûte irlandaise en juillet 2004. Mais il s’agit là de cas isolés.

Cet objet est aussi souvent utilisé par de vrais musiciens : on parle alors de percussionniste.

Cet objet est aussi souvent utilisé par de vrais musiciens : on parle alors de percussionniste

Le Toucoutoun profite habituellement des festivals pour parfaire sa garde robe, comme on l’évoquait plus haut, dans un style hérité plus ou moins d’une tradition baba coolisante : couleurs vives et surtout multiples, couches tout aussi nombreuses de vêtements, foulard obligatoire, le tout ramené d’Inde par d’ex hippies ayant trouvé là un moyen de subvenir à leurs besoins. Le Toucoutoun se munit parfois d’accessoires extravagants, comme de longs chapeaux mous de tissus à carreaux de couleurs, style magicien. C’est sa manière de s’habiller pour faire la fête. Mais surtout, il affectionne le bonnet rasta vert/jaune/rouge, pour ses dreads évidemment, et réutilise ce code couleur trilogique pour d’autres objets, comme des lacets ou des bracelets.

Très souvent, il est muni d’un badge Bob Marley et d’un pendentif à l’effigie d’une feuille de cannabis (celle-ci se déclinant sur divers supports : on la retrouve souvent sur le tee shirt du Toucoutoun, quand il ne porte pas celui de l’un de ses artistes favoris, Bob Marley of course, mais aussi Manu Chao, et pour les grands coureurs de festivals, toute la scène dite « ska festif » incluant par exemple Marcel et son Orchestre, les Gueules de Bois ou Elmer Food Beat pour les plus vieux des Toucoutouns).

Selon les régions, il existe quelques variantes. Par exemple, à la Réunion, le pendentif est plus souvent une dent de requin, car le Toucoutoun est un véritable caméléon farceur et aime à brouiller les pistes pour qu’on ne le reconnaisse pas trop facilement.

Indispensable complément alimentaire du toucoutoun à l'heure du coucher de soleil

Indispensable complément alimentaire du toucoutoun à l’heure du coucher de soleil

Outre l’herbe spirituelle, les autres aliments du Toucoutoun sont la 8.6, la pizza du camion, et le paquet de Pépito car le Toucoutoun conserve une âme enfantine. Il affectionne aussi le Coca Cola, et le mélange parfois à du vin rouge, développant ainsi ses capacités créatrices, créant un cocktail qu’Hemingway n’aurait cependant sans doute pas commandé au bar du Ritz, mais un cocktail quand même, nommé Kalimutcho. Il s’agit donc à peu près du même régime que le punk à chiens, paquet de Pépito excepté car le punk à chiens n’a pas gardé son âme d’enfant, il est rebelle et ça ne va pas du tout avec son tee-shirt Exploited. Mais nous parlerons du punk à chiens au prochain épisode.

Sachez que le Toucoutoun, aussi attachant soit-il à observer de loin, peut parfois être envahissant. C’est le cas lorsqu’une tribu s’installe derrière vous à la plage alors que vous vous apprêtiez à convertir en baiser passionné un coucher de soleil en tête à tête. Et il est fréquent de retrouver un Toucoutoun égaré dans une fête normale s’asseoir à côté du dj, sortir son djembé et commencer alors à chevaucher le rythme des disques de son toucoutoun, toucoutoun, toucoutoun….

N’hésitez pas : lattez-le, il a l’habitude et ira faire son toucoutoun plus loin.
Non mais.

Sébastien Broquet

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*